Challenge N°2-Réduire toujours plus les émissions de gaz à l’atmosphère

Le lauréat est DNV GL

DNV GL propose des services de classification et de conformité technique, conjointement à des services d’ingénierie informatique et logicielle et d’expertise indépendante pour les industries maritime, pétrolière, gazière et énergétique. La structure opèrent dans plus de 100 pays et compte plus de 16 000 professionnels.

Crédit photo ©CorinneJamet

Description

GRTgaz s’engage à être exemplaire en termes de conduite environnementale et souhaite diminuer les rejets résiduels de gaz naturel à l’atmosphère lors de l’exploitation de son outil industriel.

Contexte

GRTgaz possède et exploite en France le plus long réseau de transport de gaz naturel à haute pression d’Europe. Il participe à la gestion de réseaux en Allemagne et réalise des prestations d’expertise et de conseil dans le domaine du transport gazier en Europe et dans le monde.

Afin d’assurer la sécurité de ses ouvrages et de préserver leur intégrité dans la durée, GRTgaz est amené à réaliser des opérations de maintenance au cours desquelles du gaz naturel peut être émis à l’atmosphère. En tant qu’acteur majeur du secteur de l’énergie européen, GRTgaz est très attaché à la préservation du climat et de l’environnement qui sont des engagements-clés de la politique RSE de GRTgaz.

La réduction des émissions de méthane est donc un objectif stratégique de l’entreprise, et c’est pour concrétiser cet engagement que GRTgaz lance cet appel à projet.

Pour cela, GRTgaz utilise par exemple la technologie du gas booster qui permet de vider le gaz emprisonné dans des tronçons de canalisations, ce qui est nécessaire pour réaliser des travaux en toute sécurité, en le réinjectant sur le réseau, dans une canalisation voisine. Le rejet à l’atmosphère est donc évité !

Ces opérations nécessitent la présence de plusieurs personnes et demandent des moyens matériels importants. L’utilisation de cette technologie n’est réalisée que pour des quantités de gaz relativement importantes.

Pour ses opérations courantes nécessitant de purger des volumes plus faibles, emprisonnés dans des tronçons plus courts (quelques centaines de mètres) ou dans des morceaux d’ouvrage dont le débit est moindre, GRTgaz cherche à décomprimer rapidement et sans mise à l’atmosphère le gaz emprisonné. Actuellement, la technique du brûlage est privilégiée. Elle permet de brûler le gaz avant de le rejeter à l’atmosphère, ce qui divise par 10 l’impact sur l’effet de serre.

Problématique

Comment réduire l’empreinte environnementale de GRTgaz lors des travaux sur son réseau requérant la purge de canalisations (nécessaire à la réalisation de ces travaux en toute sécurité) tout en évitant au maximum de brûler ou de mettre à l’atmosphère le gaz emprisonné ? Comment réduire, en substitution des méthodes actuelles, l’empreinte environnementale de GRTgaz lors des travaux sur son réseau requérant la purge de canalisations?

Les finalistes