Challenge N°2- L’internet industriel des objets en zone gaz

Le lauréat est SRETT

Fournisseur de solutions IoT pour l’industrie et la santé, SRETT permet à ses clients de suivre à distance leurs équipements/patients afin d’améliorer leurs opérations, collecter des données relatives à leurs installations et à leur état d’usage/santé à l’aide de capteurs sans fil et autonomes sur pile, et de transformer ces données en informations opérationnelles directement exploitables par les utilisateurs à l’aide d’une plateforme de gestion de données.
SRETT développe des produits ATEX depuis 10 ans pour des entreprises de services pétroliers.

SRETT aura bientôt la certification ATEX pour permettre l’utilisation de ses capteurs connectés (communication par LoRaWAN) dans le réseau GRTgaz. Ces capteurs permettront d’accroitre la sécurité du personnel et des installations par la remontée de mesures de détection de gaz et de mesures d’atmosphères périodiques en particulier.

Contexte

GRTgaz exploite un réseau composé de 32456 km de gazoducs et de plusieurs milliers d’installations techniques réparties sur le territoire français. Nombre de ces installations industrielles sont télé-surveillées ou télé-exploitées depuis des unités de supervision distantes par des moyens traditionnels.

 

Pour des besoins principalement de sécurité et de performance opérationnelle, GRTgaz expérimente depuis plusieurs mois l’opportunité de rendre communicantes d’autres types d’installations.

Concrètement plusieurs applications font l’objet d’un projet de développement de solutions techniques, principalement par l’exploitation du potentiel de l’internet industriel des objets. Aujourd’hui ces expérimentations peinent à aboutir car les dispositifs développés ne sont pas compatibles avec les « zones gaz ». 

Ces zones dites ATEX,  peuvent présenter, dans l’air, des substances inflammables, en l’occurrence du gaz naturel. Les matériels disposés dans ces zones doivent donc impérativement être compatibles et, pour les composants à risque, disposer d’une certification ATEX.

Problématique

Très généralement la problématique de GRTgaz consiste à pouvoir capter de la donnée, principalement physique (pression, température, vibration, signal discontinu « tout ou rien », etc.) dans une zone ATEX pour pouvoir la transmettre par un dispositif de télétransmission, non nécessairement situé dans la zone ATEX*.

Sans restriction concernant d’autres approches possibles, nous imaginons que notre besoin concerne :

  • Soit des capteurs « classiques », ainsi que leur chaine de communication, non intrinsèquement compatibles avec des zones ATEX qui soient « packagés » et certifiés par les autorités compétentes pour devenir des « produits ATEX »
  • Soit des capteurs « originaux » (au sens où le phénomène à détecter serait identifié de manière détournée ou non classique, par exemple de manière mécanique et non électrique) intrinsèquement compatibles avec des zones ATEX.

Le besoin à court terme concerne cinq fonctionnalités distinctes :

  • des pressostats connectés
  • des capteurs de pression connectés (plusieurs gammes de plage de pression entre 1 bar et 100 bar, dont une grande gamme dans la plage 1 bar/ 5 bar)
  • des capteurs de pression connectés (plage de pression de de 0 à 1 bar, précision de l’ordre de 0,01 bar)
  • des dispositifs de détection et de mesure du temps d’ouverture de soupapes de sécurité.
  • des dispositifs de géolocalisation (précision à quelques mètres) de matériels mobiles 

Il est également prévu de développer prochainement d’autres usages.